Sélectionner une page

Surveiller la charge d’entraînement pour comprendre la fatigue chez les athlètes : méthodes et outils

INTRODUCTION

Comme les athlètes s’efforcent d’améliorer leurs performances, des modifications de la charge d’entraînement sont nécessaires, en particulier des augmentations de la fréquence, de la durée et de l’intensité. Les charges d’entraînement sont ajustées à différents moments du cycle d’entraînement pour augmenter ou diminuer la fatigue en fonction de la phase de programmation (c’est-à-dire la phase de base ou de compétition). Il est important de s’assurer que la fatigue soit correctement dosée, tant pour les adaptations à l’entraînement que pour les performances en compétition.

Dans cette optique, le Personal Trainer (PT) joue un rôle essentiel dans la surveillance des charges d’entraînements, afin de permettre à ses athlètes/clients de pouvoir progresser le plus possible, tout en limitant la fatigue.

A noter que le mot « monitoring », tiré de l’anglais, sera utilisé dans cet article et ce numéro, faisant référence à la surveillance et gestion des charges d’entraînement.

Nombreux sont ceux qui considèrent qu’il est important de surveiller la charge d’entraînement d’un athlète pour déterminer s’il s’adapte au programme et pour minimiser le risque de surcharge non fonctionnelle (fatigue qui dure des semaines ou des mois), de blessure et de maladie. À ce jour, les recherches dans ce domaine sont limitées et une grande partie de ce que nous savons sur le suivi provient de l’expérience personnelle et d’informations anecdotiques.

L’objectif de cet article est de décrire les informations scientifiques actuelles disponibles concernant les outils de suivi de la charge d’entraînement des athlètes et d’exposer certaines des considérations pratiques à prendre en compte lors de la planification et de la mise en œuvre du suivi chez les athlètes.

 

RAISONS POUR ET CONTRE LE CONTRÔLE DE LA CHARGE DE L’ENTRAÎNEMENT

Comme mentionné ci-dessus, il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles le suivi de la charge d’entraînement est devenu une approche moderne et scientifique pour comprendre les réactions des athlètes à l’entraînement et leur préparation à la compétition. Le suivi de la charge d’entraînement peut fournir une explication scientifique des changements de performance. Cela peut contribuer à améliorer la clarté et la confiance concernant les raisons possibles des changements de performance et à minimiser le degré d’incertitude associé à ces changements. À partir de ces données, il est non seulement possible d’examiner rétrospectivement les relations charge-performance, mais aussi de permettre une planification appropriée des charges d’entraînement et des compétitions. Il est important de noter que le suivi de la charge est également mis en œuvre pour tenter de réduire le risque de blessure, de maladie et de surcharge non fonctionnelle. Les données peuvent également être utiles pour la sélection des équipes et pour déterminer quels athlètes sont prêts à répondre aux exigences de la compétition.1

Il existe également un certain nombre d’avantages liés à la communication et à l’établissement de relations avec les athlètes, le personnel de soutien et les entraîneurs. Lorsque les athlètes sont impliqués dans le suivi, cela peut renforcer leur sentiment d’implication dans le programme d’entraînement, les responsabiliser et accroître leur sentiment d’appartenance. Les données recueillies dans le cadre du suivi de l’entraînement peuvent également être utiles pour faciliter la communication entre le personnel de soutien et les entraîneurs. Une fois combinés, ces avantages peuvent contribuer à renforcer la confiance associée au programme d’entraînement.1

Cependant, tous les entraîneurs et les scientifiques ne s’engagent pas dans le monitoring des athlètes. Pour certains athlètes/équipes, l’insuffisance des ressources peut être une raison majeure pour ne pas inclure un système de surveillance de l’entraînement. Ces ressources peuvent prendre la forme de temps, d’argent ou de ressources humaines nécessaires pour collecter, traiter et analyser les données. En outre, il n’y a aucune garantie que le suivi de la charge d’entraînement se traduise par des performances réussies, et les ressources nécessaires peuvent donc ne pas être fournies. Un manque de connaissance ou d’expérience des techniques de suivi peut entraîner une incapacité à mettre en œuvre un système pratique et durable et/ou une incapacité à interpréter les données collectées. En outre, il est nécessaire d’établir une justification claire indiquant pourquoi et à quelle fréquence le suivi a lieu, ce qui est suivi, et comment les données sont interprétées et présentées au personnel d’encadrement. Enfin, la capacité et la possibilité de mettre en œuvre des changements et de fournir un retour d’information sont essentielles à la réussite d’un système de suivi et, si cela ne se produit pas, de nombreuses tentatives de suivi ne sont pas durables.1

 

MESURES DE SURVEILLANCE DE LA CHARGE POTENTIELLE

Afin de comprendre la charge d’entraînement et ses effets sur l’athlète, un certain nombre de marqueurs potentiels sont à la disposition des athlètes, des entraîneurs et des scientifiques. Cependant, très peu de ces marqueurs ont des preuves scientifiques solides à l’appui de leur utilisation, et il n’existe pas encore de marqueur unique et définitif de la fatigue décrit dans la littérature. Compte tenu de la définition de la fatigue (la fatigue musculaire est définie comme une diminution de la force maximale ou de la production de puissance en réponse à l’activité contractile)2, il semblerait que le meilleur test de la fatigue en termes de validité serait un test de performance maximale reproduisant l’événement/la compétition de l’athlète. Cependant, il existe de nombreuses difficultés concernant le test maximal chez les athlètes. Ces tests peuvent ajouter à la fatigue existante chez un athlète, ce qui peut être problématique lors des phases de compétition3. Lorsqu’ils sont fatigués, les athlètes peuvent également manquer de motivation pour produire un effort maximal qui n’est pas destiné à la compétition. Pour de nombreux sports, en particulier les sports d’équipe, il est extrêmement difficile de reproduire ou même de définir la performance maximale. Enfin, si seule la performance maximale est…

Retrouvez l’article complet et bien d’autres dans notre numéro 16