Sélectionner une page

Explications des différentes études scientifiques

Il existe différents types d’études scientifiques telles que des expériences et des analyses comparatives, des études d’observation, des enquêtes ou des interviews. Le choix du type d’étude dépendra principalement de la question de recherche posée. 

Lorsqu’ils prennent des décisions, les patients et les médecins ont besoin de réponses fiables à un certain nombre de questions. En fonction de la condition médicale et de la situation personnelle du patient, les questions suivantes peuvent être posées :

  • Quelle est la cause de la condition ?
  • Quelle est l’évolution naturelle de la maladie si elle n’est pas traitée ?
  • Qu’est-ce qui va changer grâce au traitement ?
  • Combien d’autres personnes sont atteintes de la même maladie ?
  • Comment les autres personnes font-elles face à la maladie ?

Un type d’étude différent permet de répondre au mieux à chacune de ces questions. 

Pour obtenir des résultats fiables, une étude doit être soigneusement planifiée dès le départ. Il est particulièrement important de déterminer quel type d’étude est le mieux adapté à la question de recherche. Un protocole d’étude doit être rédigé et une documentation complète du déroulement de l’étude doit également être réalisée. Cela est essentiel pour que d’autres scientifiques puissent reproduire et vérifier les résultats par la suite.

Les principaux types d’études sont les essais contrôlés randomisés (ECR), les études de cohorte, les études cas-témoins et les études qualitatives.

 

Essais contrôlés randomisés (ECR)

Si vous voulez connaître l’efficacité d’un traitement ou d’un test de diagnostic, les essais randomisés fournissent les réponses les plus fiables. Comme l’effet du traitement est souvent comparé à celui de « l’absence de traitement », c’est-à-dire d’un placebo (ou d’un traitement différent), ils peuvent également montrer ce qui se passe si vous choisissez de ne pas subir le traitement ou le test de diagnostic.

Lors de la planification de ce type d’étude, une question de recherche est d’abord stipulée. Il s’agit de décider ce qui doit être testé exactement et dans quel groupe de personnes. Afin de pouvoir évaluer de manière fiable l’efficacité du traitement, les éléments suivants doivent également être déterminés avant le début de l’étude :

  • La durée de l’étude
  • Combien de participants sont nécessaires
  • Comment mesurer l’effet du traitement

Par exemple, un médicament utilisé pour traiter les symptômes de la ménopause doit être testé sur un autre groupe de personnes qu’un médicament contre la grippe. Et une étude sur le traitement d’un nez bouché peut être beaucoup plus courte qu’une étude sur un médicament pris pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux. 

« Randomisé » signifie diviser en groupes au hasard. Dans les ECR, les participants sont affectés au hasard à l’un des deux groupes ou plus. Un groupe reçoit le nouveau médicament A, par exemple, tandis que l’autre groupe reçoit le médicament classique B ou un placebo (médicament factice). L’apparence et le goût du médicament et du placebo doivent être aussi similaires que possible. Idéalement, l’affectation aux différents groupes se fait en « double aveugle », ce qui signifie que ni les participants ni leurs médecins ne savent qui est dans quel groupe, mais uniquement les chercheurs scientifiques. 

La répartition dans les groupes doit être aléatoire afin de s’assurer que seuls les effets des médicaments sont comparés et qu’aucun autre facteur n’influence les résultats. Si les médecins décidaient eux-mêmes quels patients devraient recevoir quel traitement, ils pourraient – par exemple – donner le médicament le plus prometteur aux patients qui ont de meilleures chances de guérison. Cela fausserait les résultats (biais). La répartition aléatoire garantit que les différences entre les résultats des deux groupes à la fin de l’étude sont réellement dues au traitement administré et non à autre chose…

 

Retrouvez l’article complet et bien d’autres dans notre numéro 19