Sélectionner une page

Coaching de clients atteints d’obésité

L’obésité est une maladie chronique d’origine multifactorielle et dont les conséquences peuvent être plus ou moins importantes. Dans cet article, nous allons voir comment le PT peut prendre en charge une personne atteinte d’obésité, les précautions à prendre et les méthodes les plus adéquates. Nous souhaitons rappeler que comprendre l’obésité dans les grandes lignes, comme expliqué dans l’article précédent, est essentiel pour appréhender la maladie de vos clients et ainsi, pouvoir mettre en place un accompagnement de meilleure qualité.

Tout d’abord, il est important d’essayer de faire suivre à vos clients les recommandations hebdomadaires minimales de l’OMS, soit 150 minutes d’activité physique modérée ou 75 minutes d’activité intense, par périodes d’au moins 10 minutes. Rappelez-vous que si un client part de zéro, chaque pas effectué en plus sera à son avantage et donc nous vous conseillons de privilégier un suivi sur le long terme et progressif. N’hésitez pas à inclure ce dialogue lors de l’entretien de la première rencontre et à y revenir fréquemment durant le suivi.

Sur le terrain, nous remarquons qu’un exercice physique n’est pas effectuable par tous, en fonction de l’adiposité des clients, par les contraintes techniques et/ou musculo-ostéoarticulaires qu’il peut provoquer. Cependant, la Haute autorité de santé (HAS) indique dans son guide sur l’activité physique de 2019 qu’« il n’existe pas de contre-indication absolue musculo-squelettique à l’AP ». Les limitations sont le plus souvent temporaires et/ou concernent une zone spécifique nécessitant de réduire l’intensité ou le volume de l’AP. C’est un point dont le PT doit tenir compte lors du choix des exercices à réaliser. De plus et comme déjà cité, il a souvent été constaté que malgré les efforts physiques, les clients ne peuvent obtenir les effets désirés sur le plan pondéral. Il est désormais bien connu que l’implication de la prise en charge nutritionnelle est plus efficiente que l’augmentation de l’exercice physique, mais les deux combinés est le meilleur choix. C’est le constat que font de nombreuses études.

Selon l’ACSM’s Guidelines for Exercice Testing and Prescription, 10th Edition, il faudrait réaliser un minimum de 150 minutes par semaine à une intensité modérée, soit 45 à 65% de VO2max environ. Cette fourchette d’intensité est une recommandation de départ et, au fil du temps ou selon vos analyses sur le terrain, l’intensité pourra être augmentée, puisqu’on sait que l’intensité de l’activité physique doit être de modérée à vigoureuse pour influencer la composition corporelle.

L’activité physique est un point clé dans la prise en charge de l’obésité et en tant que PT vous êtes ou serez appelé à prendre en charge des clients souffrant de cette maladie chronique. Il est important d’ôter la croyance que l’activité physique est associée au sport, car le sport est une pratique plus compétitive ayant des règles et dont la difficulté peut être accrue par rapport à l’activité physique. Ceci peut décourager des clients à bouger davantage, alors qu’on cherche justement le contraire…

Retrouvez l’article complet et bien d’autres dans notre numéro 2